Lëgiyan

Lëgiyan, encore secouée par le passé, est en cour de reconstruction, joignez-vous au peuple de ce monde en ruine et redonnez lui sa gloire d'antan...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Deloreane (garé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Goju Sulfam

avatar

Nombre de messages : 9
Type de combattant : Arbalétrier
Statut social/Métier : Célibataire/forgeron itinérant
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Le Deloreane (garé)   Mar 27 Avr - 23:24

La nuit commence à tomber quand au loin, un bruit peu connue se fait entendre. Celui d'un sifflet de machine a vapeur sur l'une des grandes route qui mène à la capital. Une moyenne pépère de 45-50 Km/h sur le pavé, au côté des derniers arrivent pour la grande fête qui s'annonce ...

Chauuuuud devant ! laisser passer ! Merci m'sieux dame !

(*Mais c'est fou ce qu'il y a comme monde, on se croirait sur le périphérique parisien bientôt tien ...*)

C'est la première fois que le jeune homme met les pieds dans la capitale, ou du moins ce qu'il reste de la capital. Il n'a jamais connue la guerre, mais il en a beaucoup entendu parlé et vue les restes un peu partout sur le continent.


Mais il parait que c'est jour de fête, aussi la guerre et ses conséquences sont plus ou moins occulter des mémoires ... Mais c'est surtout l'occasion de prendre un peu de bon temps et pourquoi pas, se faire un peu d'argents. Mais pour ça faut déjà trouver une place de parking ...


Bon, alors ... la ville de toile doit bien avoir une petite place pour moi ... LA !

Premier rapport, 20 petits kilomètres à l'heure dans la foule. Tout le monde regarde la grande machine d'acier et sa remorque, Il s'approche des tente forment le groupement d'Héfolion au ralentit puis s'aligne avec les murs de tissu, a quelques mètres des habitations provisoires de la fête géante.

La vapeur est relâchée en nuage dans l'atmosphère. Puis le foyer est éteint. Le jeune homme sort, sa sent la nourriture et il y a pas mal de bruit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melfis Rathryon

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 49
Type de combattant : Mage
Statut social/Métier : Chevalier d'Azur
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
7/30  (7/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mer 28 Avr - 2:38

Non loin de la, Melfis était avachi sous un arbre, une tasse fumante à la main. Contrairement aux autres, qui s'étaient massés à proximité du roi pour entendre son discours, ou s'étaient directement lancés au milieu des stands et des marchands, il avait préféré s'éclipser dès le départ et rejoindre l'endroit le plus calme qu'il avait pu trouver: le campement, qui ne deviendrait vraiment actif qu'une fois les gens fatigués et désireux d'aller s'allonger. Il ne s'attendait pas à trouver un havre de paix, bien entendu, mais il ne s'attendait pas non plus à tomber sur un endroit à peu près aussi grouillant que le reste de la zone.
Il avait déjà passé assez de temps comme ça à esquiver les propositions de boisson, les bandes de joyeux lurons imbibés désireux de lui faire arborer un sourire et les marchands clamant que "leur armure était la plus résistante de tout le nord du Falyènnon", tentant de refourguer leur camelote aux bienheureux pas trop regardants sur la qualité de la chose, ou tout simplement trop éméchés pour comprendre qu'ils se faisaient plumer. A quoi pensait le commandement lorsqu'il s'est dit que ce serait une bonne idée de faire en sorte que les chevaliers d'Azur s'invitent à la fête ? Et pourquoi faire ça tout en demandant aux dits chevaliers de rester discrets ? Quel était le fichu intérêt de venir sans se faire remarquer ? Profiter de la fête ? Il n'en avait absolument pas envie, et aurait largement préféré rester étalé sur sa paillasse à profiter du silence qui devait régner en ce moment même dans la base d'Orungo.
Et comme pour rendre la situation encore un peu plus insupportable, sa migraine chronique semblait vouloir, elle aussi, participer un peu à la fête. Inutile de dire que trouver un peu de flotte au milieu de tous ces fêtards alcoolisés était proche de mission impossible, et qu'il lui avait fallu faire des pieds et des mains juste pour mettre la main sur un fichu litre d'eau.
Sirotant son infusion d'écorce de saule bien méritée, il avait commencé à maudire à peu près toutes les choses qui avaient causé cette situation fort peu agréable: les anges noirs, les dieux, le commandement, les fêtards, l'alcool, cette chose métallique hurlante, le roi, la reine...


- ...cette chose métallique hurlante ?!

Les mots étaient sortis tout seuls, en même temps qu'il avalait une gorgée brûlante de son aspirine artisanale, déclenchant une quinte de toux fabuleuse. Oh oui, ça aurait été si simple si il s'était simplement étranglé ici et maintenant, mettant ainsi fin à une existence de tourments, et à cette malédiction des dieux qu'on appelle "la vie". Mais non, non, c'était justement TROP simple pour eux, et il avait finalement réussi à se remettre, au prix d'une tasse renversée sur sa robe de mage, d'un visage écarlate et d'une migraine encore vivace, qui n'allait décidément pas partir de sitôt.
Et qu'est-ce que c'était que cette chose d'ailleurs ? Une hallucination ? L'écorce de saule ne cause pas...une minute, ce foutu marchand l'avait-il empoisonné ?
Il passa quelques instants à alterner entre sa tasse, dans laquelle il ne restait plus grand chose et la locomotive vissée devant ses yeux, se demandant quelle attitude il devrait adopter sur l'instant. Il décida d'avaler d'une traite ce qu'il restait de l'infusion, le diable soit maudit s'il s'agissait vraiment de poison, et de se lever pour vérifier s'il s'agissait vraiment d'une hallucination, ou si le monde avait décidé de devenir encore plus bizarre et illogique qu'il ne l'était cinq minutes auparavant.

Il se leva avec quelques difficultés, chancela lorsque son regard croisa un des feux de joie, empirant allègrement sa migraine encore vive, et s'approcha de la machine, qui ne devait pas être si dangereuse que ça, puisqu'elle n'avait pas encore déclenché de panique générale ou démembré quelqu'un. Ce qui n'était après tout, pas si rassurant que ça, puisque cela pouvait vouloir dire qu'il s'agissait bel et bien d'une hallucination, et qu'il était finalement devenu complètement cinglé.
Avec méfiance, il tendit la main vers la chose, pas vraiment certain de vouloir obtenir la confirmation que, soit il était devenu fou, soit c'était le monde, qui avait pété les plombs. Le contact du métal fut accompagné d'un soupir mêlant exaspération et soulagement.


- J'aimerais tant retourner 5 minutes en arrière, lorsque les lois de la logique régissaient encore ce monde, et que tout n'était peut-être encore destiné à finir dans le chaudron de la folie et du non-sens...

Sitôt ces mots prononcés, un éclair traversa son esprit, lui rappelant que dame migraine était toujours la, et qu'il n'avait pu avaler qu'un fond de son infusion. Il se laissa tomber contre des roues de la machine, sortit son sac d'écorce de saule, mis une bonne pincée de ce qu'il contenait dans sa tasse, et y versa un peu d'eau, qu'il entreprit de faire chauffer lui-même en la tenant entre ses mains.


Dernière édition par Melfis Rathryon le Ven 30 Avr - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erique Sternam

avatar

Nombre de messages : 3
Type de combattant : Épéiste
Statut social/Métier : n/a
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mer 28 Avr - 21:57

Mais merde il conduit avec ses pieds ou quoi ? Il va finir par nous tuer !

3 ans à se balader dans ce moyen de transport, 3 ans qu'il n'arrive pas à s'y habituer. Le wagon roulotte a tout d'un petit nid douillet ... À l'arrêt. En effet bien que doté de roue conçue pour rouler sur la terre, la suspension est restée identique, conçue pour les railles sans chaos, sans nid de poule, sans fissure ... Bref, de la "belle" route. Alors ça secoue un peu (voire beaucoup) à l'intérieur.

(*Bon ... Il parait que je dois me tapé la popote ... Donc, le plan consiste rester debout devant la cuisinière, et de coller le rôtis dans le four ... Le tout dans un décor mouvant de façon aléatoire. Merde même dans les pires simulation on n'a pas ça !*)

Bon, exécution soldat ! Erique tente le cou, fermement campé sur ses 2 jambes, le morceau de viande dans un plats près à être enfourné par l'enfer brulant ...

Bordel !

Loupé, un coup en traitre de la route. Erique se retrouve les 4 fers en l'air, de la sauce froide partout sur le sol et sur lui, bon pour le nettoyage. Direction la chambre, plus exactement le placard a vêtement. Nouveau problème ...

Merde j'ai plus de chemise ... La soirée commence bien.

Le reste du trajet, il le passe sagement assis, a somnolé jusqu'à entendre le bruit caractéristique de la vapeur relâchée, signe que l'engin est immobilisé au moins pour quelques heures.

(*Enfin ce n'est pas trop tôt*)

Il descend en vitesse, direction la locomotive pour retrouver le jeune propriétaire de l'engin, le torse a l'air dans la fraicheur printanière de la soirée qui commence. Il ne manque pas de remarquer Melfis prostré contre la mécanique, mais n'y attache pas la moindre attention.

Dit Goju, t'a un plan B pour bouffé ce soir ? La viande c'est fait la malle et les patate avec.

(*Tien, il y a déjà des poivrot ivre mort sous les roues ... bravo, c'est une rave party, alcool et extasy à volonté*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle Manes
Admin
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Type de combattant : Combattante à l'épée
Statut social/Métier : Etudiante, Serveuse au chateau de Birnal
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
2/30  (2/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Ven 30 Avr - 21:41

Ah ah !!! Pincez-moi, je rêve !!!


Adèle Manes venait de débarquer au galop sur un étalon noir, sautant en pleine course devant le Deloreane, sous le regard réprobateur des dames qui la suivaient à cheval aussi mais à une allure bien plus tranquille. La rumeur avait courue d'un engin étrange de métal ressemblant aux représentations dans les livres "d'Histoire de la Terre", les terriens l'appelaient "train", Adèle était plutôt d'avis de qualifier l'engin de "merveille de la Nature". La princesse et ses dames de compagnie ayant entendue la nouvelle, elles avaient quitté les festivités à dos de cheval afin d'accueillir le véhicule et son conducteur et ainsi admirer ce spectacle pour le moins inhabituel. Adèle faisait parti de ces dames de compagnie, étant la meilleure amie de la princesse, mais leurs babillages et leurs jeux ne l'intéressaient pas... Elle était d'ailleurs peu appréciée à la cour. Tout d'abord, parce qu'elle était la fille de Melissa et Benoit Manes, les traitres à l'origine de la création des azurés. Ensuite, parce qu'elle n'avait pas l'attitude qui convenait à une jeune fille de famille royale. Elle était bien trop aventurière, bien trop franche, bien trop capricieuse, bien trop fougueuse, bien trop...comme ses parents. Pour couronner le tout, elle ne s'habillait pas non plus comme une jeune fille de sa condition, d'ailleurs en ce jour elle portait un pantacourt gris foncé, des bottes noires et un corset blanc aux rubans noirs, ses cheveux dénoués volant au vent.

Un grand sourire sur les lèvres, Adèle posa son regard sur Melphis, la seule personne présente près du véhicule depuis que son arrivée avait fait fuir les curieux, tout naturellement, elle en conclu qu'il était le propriétaire du véhicule...



Oh monsieur vous avez une chance inouïe ! Êtes vous humain ?


Elle posa son regard rieur sur lui et aperçut la pointe d'une oreille d'elfe. Non de toute évidence ce n'était pas un terrien... dans ce cas c'était un legiyannais chanceux.


J'aimerais tant avoir un pareil engin aussi !!!


Elle se tourna vivement vers les chevaux de la princesse et de ces dames qui approchaient.


Tu as vu Sixtine ? Un train terrien ! N'est-ce pas merveilleux ?


Et oui, pour ajouter à l'insulte qu'elle était pour la famille royale, elle se permettait de tutoyer sa princesse... Il y a vraiment des gens qui n'ont aucune retenue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legiyan.1fr1.net
Melfis Rathryon

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 49
Type de combattant : Mage
Statut social/Métier : Chevalier d'Azur
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
7/30  (7/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Ven 30 Avr - 22:34

Ohh génial...une bande de nobles, une bestiole en acier et une poche d'adrénaline humanoïde, quelle chance, quelle chance...Quelle plaie oui !
Il fallut quelques instants à Melfis pour percuter qu'on s'adressait à lui, et la simple image d'Adèle sautillante et surexcitée intensifiait sa migraine, déjà suffisamment forte pour lui fendre le crâne. D'ailleurs, il était persuadé que si il ne l'avait pas déjà eu, elle aurait largement été capable de la lui refiler.
Il daigna finalement lever la tête vers la pelote de nerfs qui avait jailli devant lui, geste qu'il ne manqua pas de regretter à peine quelques instants plus tard, lorsqu'il se rendit compte qu'il allait être obligé de parler, et qu'il ne pourrait même pas prétendre être ivre mort. Si il était, par convention, obligé de répondre, rien ne le forçait en revanche à le faire vite. Et de toute façon, même si il l'avait voulu, le marteau-piqueur à l'intérieur de son crâne l'en aurait empêché. Résigné, il avala une longue gorgée pour se donner quelques secondes de répit, et répondit d'une voix lasse et monocorde en regardant Adèle sans vraiment la voir.


- Non je ne suis pas humain, non je ne suis pas le propriétaire de cette horreur, et non je n'ai pas de chance. Et ça n'est pas merveilleux non plus, monstrueux peut-être, mais merveilleux...oh que non...

Il baissa à nouveau la tête pour contempler son infusion brûlante, comme si il espérait être aspiré à l'intérieur de la tasse. La seule réponse qu'il obtint de celle-ci fut l'apparition, lui avait-il semblé, d'un visage narquois au milieu des volutes de fumée qui s'en élevaient. Peu importe, un des barbus la-haut devait s'ennuyer. Ou alors, il était véritablement empoisonné, comme il l'avait pensé quelques minutes auparavant. Aucune des deux solutions ne lui semblait vraiment acceptable, aussi daigna t-il reporter son attention sur le monde commun à tous les autres êtres matériels.
Même si il avait rempli sa part du contrat social en répondant à Adèle, il était persuadé qu'il n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Elle n'avait pas, mais alors pas du tout, l'air d'être le genre de personne capable de comprendre que son expression et son intonation voulaient dire "Et si vous alliez regarder un autre train ? Un train sur lequel je ne suis pas affalé ?". Il eût grand mal à ne pas mettre cette pensée en mots, tant l'idée de lâcher un sarcasme pour se faire comprendre lui semblait excellente. Mais les nobliaux au fond n'auraient surement pas apprécié celui-ci à sa juste valeur. Et si il y a bien une chose qu'il n'avait pas envie de partager, c'était la cellule d'un mec ivre mort, ayant tapissé chaque mur de vomi, arrêté pour avoir frappé son copain un poil trop fort.
Il avala une nouvelle gorgée et regarda à droite à gauche, espérant apercevoir un type avec un néon "Ce train est à moi ! A MOI !" vers lequel il aurait pu rediriger la pelote de nerfs de service. Bien évidemment, ce genre de choses n'arrive qu'à ceux qui s'en fichent, aussi se résigna t-il à activer à nouveau sa langue, et ce même si chaque mot venait résonner avec fracas contre ses neurones.


- Enfin...si cette chose vous intéresse tant que ça, même si je ne vois pas pourquoi, vous pouvez toujours chercher aux alentours. Elle vient d'arriver, alors son propriétaire n'a pas du aller bien loin.

Oh vieux barbu la haut, faites que ce soit vrai, au lieu de vous éclater à mettre des têtes dans la fumée de mon aspirine...
Et si il y a une chose à savoir, c'est que Melfis en train de prier est à peu près aussi rare que de voir un crocodile en tutu en train de voler. A moins que la malédiction ne compte comme une forme de prière, ou d'anti-prière, auquel cas, il est probablement un des croyants les plus assidus de la planète, si ce n'est de l'univers. Mais quelque chose lui laissait penser que ce n'était définitivement pas le cas, et que le vioque ne devait pas apprécier autant que lui l'action rituelle consistant à demander que lui soient assénées la mort, l'apocalypse, et pire encore. Il s'était souvent demandé si cette attitude n'aggravait pas une situation déjà désastreuse. Mais la réponse s'imposait rapidement à lui à chaque fois qu'il ressassait la question: "ça ne peut pas être pire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goju Sulfam

avatar

Nombre de messages : 9
Type de combattant : Arbalétrier
Statut social/Métier : Célibataire/forgeron itinérant
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Dim 2 Mai - 16:38

[HJ : Pour des raisons de commodité, se poste comporte en fait les paroles de mes 2 personnages. C'est inutile d'en faire 2 pour si peu, du moins c'est mon point de vue. Le point de vue est celui de Goju (désigné par "G" pour le dialogue), Erique est désigné par "E".]

G : Un plan B ? Bah non tu vois je n'ai pas de plan B pour la simple et bonne raison que ça va être hors budget ! L'argent d'avance c'est pour les matières premières grand benêt

E : Bon, bah on va se passer de diner alors ...

G : Hé ! Je n'ai déjà pas bouffé ce midi pour arriver ce soir !

E : Ça fait combien de temps que je te dis que la suspension c'est du caca en barre ?

G : Si t'est si intelligent, t'a qu'à trouver un gros tas de pièce d'or et acheter des amortisseurs gros malin.

Vous comprendrez que le mal de crane de Melfis n'a aucune place dans la discussion entre les 2 hommes, en fait Goju ne l'avais même pas remarqué. Faut dire qu'un elfe de plus dans un gros tas d'elfe/fée/nymphe/autres choses plus ou moins émécher ça ne fait pas grand chose ...

Pendant cette discussion on en peut plus grave sur la façon de sustenté 2 estomacs quand le repas à décider de ne pas entrer dans le four, une jeune elfe en pantalon et cheval noir menant un groupe de jeune noble (ou du moins, ce qui y ressemble) viens faire un brin de causette, Là aussi rien de bien passionnant.

E : Hé Goju, écoute ce qu'ils se disent ses 2 oiseaux là.

G : Et pourquoi j'écouterais aux portes ?

E : Déjà il n'y a pas de porte, et puis elle semble chercher le propriétaire du "train terrien".

G : Je viens de couper la chaudière, je ne vais pas lui faire un tour ce soir ! Et n'essaie pas de détourner la conversation hein !

E : Ouais ...

Sans lui demander son avis, Erique Chope Goju et le soulevé comme un sac à patate avant de se diriger à la rencontre de la "poche d'adrénaline humanoïde" et de son interlocuteur. Erique toujours le torse a l'air, Goju avec son habituelle veste et quelque trace de fumer sur le visage. Drôle de paire de personnage non ?

G : Mais arrête je peux marcher tout seul !

E : Bonsoir madame, je pense que c'est plus lui que vous cherchez.

Aucun des 2 ne reconnait évidemment la princesse, le premier ayant la tête dans le dos du second qui ne fait pas le rapport entre les descriptions données un peu partout dans le royaume et la jeune fille silencieuse toujours juché sur son cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melfis Rathryon

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 49
Type de combattant : Mage
Statut social/Métier : Chevalier d'Azur
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
7/30  (7/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mar 4 Mai - 0:35

A l'arrivée de Goju et Erique, les yeux et la bouche de Melfis s'ouvrirent lentement, alors que celui-ci fixait sans vraiment y croire ses deux sauveurs. Un mélange de sentiments plus ou moins forts se déversa en lui, alors qu'il tentait de remettre bout à bout les événements, tout en évitant de trop tirer sur ses capacités cognitives, de crainte d'attiser la hargne du fauve qui lui déchirait les neurones un à un. Il était à la fois soulagé, en rogne, déçu et , surtout, surpris. Même si il savait que la machine venait d'arriver, même si il savait que les conducteurs ne devaient pas être loin, et qu'Adèle était, de toute façon, assez bruyante pour se faire remarquer à des lieues à la ronde, l'arrivée des deux grands héros de service était...non, vraiment, le monde était devenu totalement barge et les dieux s'éclataient à faire tourner le gouvernail en essayant de voir qui arrivera à l'expédier sur les récifs en premier.
Au bout de quelques temps passés à ruminer et à se demander comment prendre cette situation et comment l'assimiler sans qu'elle n'arrache absolument tout sur son passage, il abdiqua, et revint à une idée bien plus simple à mettre en pratique, même si elle impliquait de laisser cette histoire sans réponse: boire une longue et lente gorgée d'infusion, tout en essayant de faire abstraction du boucan et de l'agitation qui n'allaient sans doute pas tarder à être décuplés. Si l'arrivée de Goju et Erique signifiait qu'il était sauvé, elle était aussi très semblable au fait de balancer de l'huile sur un feu. Il savait que ça allait péter, péter fort même, et qu'il devait faire quelque chose avant que cela n'arrive...


- Oh bon sang...les même. Les chevaliers sont comme le dragon...quel conte misérable. Plus vrai que nature, je me demande pourquoi personne ne s'en rappellera d'ici quelques heures. Ça ferait une excellente histoire pour endormir les enfants et leur apprendre quelques petites choses sur la vie au passage...quoique je me demande si ils seraient capables de dormir après ça. Ou de se réveiller...

...du moins, pas quelque chose d'utile et de constructif. A peine eût-il terminé sa ligne, prononcée à voix basse, presque inaudible, et sur un ton d'une lassitude extrême, qu'il se replongea dans son infusion, vidant sa deuxième tasse et se demandant si cela allait suffire à le sauver. La réponse était probablement négative, et il le savait.
Alors qu'il rangeait sa tasse vide dans son vieux sac usé, il remarqua à quel point sa situation, en plus d'être fort désagréable, était impolie. Les nobles qu'il avait entrevus n'étaient pas "juste" des nobles, et la jeune fille qui accompagnait rocket-woman n'était pas "juste" une jeune fille. Il était tombé en pleine sortie des individus les plus à même de ne, justement, pas être croisés lors de leur sortie: des humains, des nobles, et la princesse de Lëgiyan. Alors qu'il comprenait dans quelle situation il avait réussi à s'empêtrer, sa paume vint machinalement s'écraser contre son visage, dans une tentative désespérée d'effacer la réalité qui se trouvait sous ses yeux, comme s'il espérait qu'une fois la main retirée, il lui apparaîtrait un monde agréable, positive, et surtout calme. Calme...il aurait volontiers donné ses jambes et ses bras pour avoir un peu de calme, de silence, de solitude, et y aurait rajouté la moitié de ses organes vitaux si la chose pouvait s'accompagner d'une longue, longue, longue nuit de sommeil réparateur. Toujours était-il que lorsque l'univers lui réapparut, il n'avait pas changé d'un iota, et qu'il était toujours affalé contre un train, près d'une poudrière vivante, en train de manquer de respect à la personne la plus importante de toute la planète.
Avec toutes les peines du monde, il parvint à se lever, désorienté au possible et, admettons le, bien peu motivé à faire ce qu'il allait faire. Faire autant d'efforts pour réussir à se lever, juste pour s'incliner ensuite...tsss, quelle futilité...


- Prin...Princesse, veuillez m'excuser quant à ma tenue, je ne souhaitais pas...vraiment pas...vous manquer de...de respect. Si la chose vous est apparue comme telle, je vous prie de me pardonner, je n'entendais absolument pas vous offenser.

Avec sa voix pâteuse, fatiguée, et ses difficultés à bouger et à se maintenir en équilibre tant il avait le vertige, la chose relevait encore plus du comique que de le voir étendu contre la locomotive, à siffler son espèce de mixture. Enfin c'est l'intention qui compte, non ?...Ou du moins, c'est ce qu'il espérait en ce moment même, sans quoi les choses allaient, encore, et si c'était possible, empirer.
C'est d'ailleurs à cet instant précis qu'il entreprit d'intérieurement maudire et re-maudire le destin pour ce qu'il venait de faire. Il avait envoyé Goju et Erique pour lui faire croire qu'il avait une chance de s'en tirer, avant de finalement lui retirer la sucette sous le nez, en le narguant et en lui promettant en plus de ça une sévère fessée. Cette soirée était vraiment et définitivement une des pires qu'il ait jamais vécu. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superviseur

avatar

Nombre de messages : 2

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mer 5 Mai - 15:37

Parmi le peuple bavard de Legiyan, les nouvelles vont vite. Goju et Erique n'avaient même pas encore garé leur véhicule que déjà la nouvelle était arrivée aux oreilles du roi et de sa fille. Évidemment dès qu'elles avaient eu connaissance de ce curieux spectacle, toutes les dames de compagnie de la princesse avaient émit l'idée d'aller y faire un tour, approuvées par Adèle et par la princesse elle même, qui s'ennuyait beaucoup à observer les legiyannais faire la fête, perchée sur un siège auprès de son père. Complaisant son père avait accepté de les laisser partir et elles avaient enfourché leurs chevaux aussitôt avant de se mettre en route à travers la foule. Après maintes poignes de mains échangées avec le peuple, la princesse était parvenue hors du centre des festivités avec ses dames. Immédiatement, Adèle avait lancé son cheval au galop en apercevant le train. Brulant d'envie de faire de même, Sixtine s'était pourtant retenue, soucieuse de son image. Elle suivit son amie d'un regard envieux, tandis que son cheval allait au pas, nullement pressé de voir l'évènement quant à lui. Elle vit avec un sourire sa cousine sauter de cheval en s'écriant de joie des mots qu'elle ne put entendre. Lorsqu'elle fut assez proche, elle l'entendit discuter avec un homme affalé contre une des roues du fameux train. Soudain, alors que le bruit des sabots se faisait entendre tout proche d'eux, Adèle se tourna vivement vers elle, un grand sourire sur son visage redevenu enfantin.


Tu as vu Sixtine ? Un train terrien ! N'est-ce pas merveilleux ?


Se contentant d'un sourire en hochant la tête, Sixtine stoppa son cheval, faisant s'arrêter toute sa cour d'un même mouvement.


- Non je ne suis pas humain, non je ne suis pas le propriétaire de cette horreur, et non je n'ai pas de chance. Et ça n'est pas merveilleux non plus, monstrueux peut-être, mais merveilleux...oh que non...


Posant son regard sur l'homme, Sixtine afficha un air de surprise tandis que derrière elle, des murmures offusqués s'élevaient parmi ses dames de compagnie.



- Enfin...si cette chose vous intéresse tant que ça, même si je ne vois pas pourquoi, vous pouvez toujours chercher aux alentours. Elle vient d'arriver, alors son propriétaire n'a pas du aller bien loin.


A cet instant, un homme torse nu sortit de la locomotive en tenant un jeune homme gringalet entre ses bras, arrachant des "oh..." de surprise à quelques dames


- Mais arrête je peux marcher tout seul !

- Bonsoir madame, je pense que c'est plus lui que vous cherchez.


Un sourire aux lèvres, Sixitne les observa d'un air amusé, aucun de ces trois hommes n'avait fait attention à sa présence et ça n'était pas pour lui déplaire même si ses dames de compagnie n'étaient pas de cet avis.

Pourtant, le plaisir ne dura pas...



- Prin...Princesse, veuillez m'excuser quant à ma tenue, je ne souhaitais pas...vraiment pas...vous manquer de...de respect. Si la chose vous est apparue comme telle, je vous prie de me pardonner, je n'entendais absolument pas vous offenser.


Brusquement interrompue dans sa rêverie, Sixtine eut d'abord un air surpris en voyant cet homme chancelant faire la révérence, mais cet air fut vite adouci devant l'embarras de l'homme tandis qu'un rire lui venait, frais et cristallin.

Ne vous excusez pas pour si peu, il n'y a pas de mal voyons.

Sa réponse ne manqua pas de déclencher d'autres murmures parmi son assemblée personnelle auxquels elle ne prêta guère attention, se contentant de sourire tendrement à Melfis avant de poser son attention sur sa cousine, Adèle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle Manes
Admin
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Type de combattant : Combattante à l'épée
Statut social/Métier : Etudiante, Serveuse au chateau de Birnal
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
2/30  (2/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mer 5 Mai - 16:00

Un sourire de la princesse lui répondit. Sourire auquel elle répondit par une expression semblable avant de reporter son attention sur Melfis. Elle le vit lever la tête vers elle et lui fit son plus beau sourire accompagné d'un petit signe de main. Cependant, pas pressé pour un sou, l'homme piqua du nez dans sa tasse, en but une gorgée et enfin se décida à répondre d'une voix qui donna à la jeune fille l'envie de bailler aux corneilles.


- Non je ne suis pas humain, non je ne suis pas le propriétaire de cette horreur, et non je n'ai pas de chance. Et ça n'est pas merveilleux non plus, monstrueux peut-être, mais merveilleux...oh que non...


Réponse peu étonnante de la part d'un homme à l'apparence si lugubre... Adèle le toisa quelques secondes tandis que les murmures fusaient parmi les "caniches" de la princesse, comme Adèle aimait les appeler. Puis, concluant que cet individu ne lui apporterait aucune information supplémentaire, elle laissa son regard vagabonder sur l'engin metallique rapporté de la Terre. Etait-il conduit par des terriens ? Une bouffée d'adrénaline lui remonta à nouveau aux joues tandis que la voix sombre de l'elfe dépressif se faisait de nouveau entendre, toujours aussi faible et ennuyeuse.


- Enfin...si cette chose vous intéresse tant que ça, même si je ne vois pas pourquoi, vous pouvez toujours chercher aux alentours. Elle vient d'arriver, alors son propriétaire n'a pas du aller bien loin.


Cette fois, Adèle sourit tandis que son excitation reprenait le dessus... Soudain, une autre voix s'éleva qui attira son attention.


- Mais arrête je peux marcher tout seul !

- Bonsoir madame, je pense que c'est plus lui que vous cherchez.


Curieux spectacle... Pourtant loin d'accorder de l'importance à l'apparence des garçons, Adèle s'élança sur Goju.


Ce train est à vous !? Vous êtes un humain ? Vous venez d'arriver ou vous êtes ici depuis longtemps dejà ? Je m'appelle Adèle, j'adore votre monde ! J'aimerais tellement y aller un jour ! Si vous y retournez, vous m'y emmènerez ?!


Entre chaque phrase, un grand sourire se redessinait sur son visage tandis qu'elle broyait les mains de Goju entre ses doigts... Dans son excitation, elle ne s'occupait plus du dépressif qui venait de faire ses excuses à Sixtine pour lui avoir "manqué de respect", ni d'ailleurs de cette dernière et encore moins des idiotes qu'elles devaient trainer partout avec elles. Il n'y avait qu'elle et sa passion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legiyan.1fr1.net
Goju Sulfam

avatar

Nombre de messages : 9
Type de combattant : Arbalétrier
Statut social/Métier : Célibataire/forgeron itinérant
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Ven 7 Mai - 13:17

(*Mon dieux mais c'est quoi ça ? Un mélange de névrose et d'alcoolisme ?*)

Personne ne devrais se poser la question de qui est le sujet de cette pensée. Faut dire que le spectacle de Melfis chancelant, un air apparenté au dégout pour la situation au visage et une voix qui n'exprime rien d'autre que le désir d'être ailleurs, ça donne un spectacle entre comique et tragique, ou peut être un peu les deux.

Enfin il n'y a qu'un spectateur sur les 2, le second étant toujours dans une position inconfortable et surtout peu pratique compte tenue du publique.

E : Hé t'a vu qui nous rend visite ?


G : Non, mais ça doit pouvoir s'arranger si tu me remet dans une position au sol, a 90° par rapport à celui-ci si possible.


E : A ton service grand chef.


Erique s'exécute et pose Goju au sol que ce dernier est bien content de retrouver. Le jeune homme passe rapidement sur l'état dépressif de Melfis, la voix de ce dernier expriment de toute façon tout ce qu'il a besoin de savoir. De toute façon il n'a pas vraiment le temps de s'attarder dessus ... Pris à partie par un diable sortie de sa boite.

Ce train est à vous !? Vous êtes un humain ? Vous venez d'arriver ou vous êtes ici depuis longtemps déjà ? Je m'appelle Adèle, j'adore votre monde ! J'aimerais tellement y aller un jour ! Si vous y retournez, vous m'y emmènerez ?!

G : Hop hop hop pas si vite, Une question à la fois et par personne merci bien sinon je ne peux pas fournir.

E : C'est bien son train et pour autant que l'on en sache on est humain.


G : Élémentaire Docteur Watson.

(*C'est une mitrailleuse a question ou quoi ?*)

(*Ça on peut dire qu'elle a du répondent ... *)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melfis Rathryon

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 49
Type de combattant : Mage
Statut social/Métier : Chevalier d'Azur
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
7/30  (7/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Ven 7 Mai - 23:04

Malgré sa migraine, plus forte que jamais grâce aux effets combinés d'une succession de changements de position, du coup de stress qu'il venait de prendre et de l'agitation d'Adèle, et du fait qu'il n'en avait, au fond, pas grand chose à faire de faire plaisir ou pas à une noble, aussi haut placée fût-elle, il ne put s'empêcher de laisser apparaître une subtile expression de surprise sur son visage. Et par expression subtile, entendons un simple lever du sourcil droit et un léger bruit guttural, bien difficile à percevoir au beau milieu du plus grand festival de la planète. Son avis sur la princesse n'avait pas changé pour si peu, il s'en moquait toujours autant, mais il devait bien admettre qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle fût si peu formelle. Il s'apprêtait même à la considérer comme un peu mieux que tous les autres nobliaux qu'il avait pu voir jusqu'à présent, mais son cynisme protesta, et lui brandit une longue et lourde pancarte pavée d'arguments au visage, face auxquels il ne pouvait que s'incliner.
Toujours est-il qu'il considéra son devoir comme accompli, et que répondre au sourire de la princesse par le sien n'en faisait pas partie. Il était censé être respectueux, pas agréable. Et encore moins joyeux. D'ailleurs, est-ce qu'elle allait pouvoir occuper un trône convenablement, ou est-ce qu'elle voyait juste cela comme un nouveau jouet ? Du genre "hier, barbie princesse, aujourd'hui barbie reine, et demain, barbie s'ennuie" ? Elle avait l'air un peu plus capable que sa compagne, mais franchement...elle, diriger Lëgiyan ? Quelle allait être sa première décision ? Simplifier les formalités entre nobles et plèbe ? Finir par les mêler, au point que l'on ne puisse même plus savoir qui est censé diriger qui, et que le monde sombre dans un chaos pas possible, dès lors que quelques pouilleux se seront mis en tête d'être aussi libres et égaux que les autres, avec en plus le droit de commander eux-même ? Peut-être allait-elle être capable, finalement. Capable de percer le fond sur lequel Lëgiyan entier semblait reposer depuis un bon et long moment oui !

A nouveau assis contre "sa" roue, Melfis lâcha un long soupir et plongea la tête dans ses mains, en imaginant jusqu'à quel point une démocratie lëgiyannaise pourrait rendre son existence, et celle de tous les autres, encore plus misérable. Et il se trouvait que la voix d'Adèle était un excellent stimulant pour pouvoir se représenter parfaitement le chaos total que cela serait. Encore que. Avec une dirigeante comme elle, peut-être que, enfin, les choses deviendraient...moins ennuyeuses. Après tout, une des solutions les plus efficaces pour résoudre un problème consiste à secouer ledit problème dans tous les sens et à voir ce qui se passe lorsque la poussière retombe. Mettre des ingrédients inédits, quelques vieux trucs, et quelques machins X ou Y importés de la Terre dans une gourde, fermer, secouer...oui, décidément, ce serait une idée à tester. Une idée vaine, qui s'avérera probablement encore plus inefficace que toutes les autres jusqu'à présent, mais une idée à tester.
D'ailleurs...qu'est-ce qu'elle avait avec la Terre ? Elle en a entendu parler, ils y fabriquent des trucs bizarres...et alors ? C'est monde aussi maudit que le nôtre, avec en plus des gens sans aucune notion de pudeur et des...machines gueulantes et apparemment capable d'attirer à elles des monceaux de problèmes. Quel intérêt y avait-il la dedans ?

Pour toute réponse, il leva un peu la tête, essayant d'écouter sans se montrer trop intéressé par ce qui se disait. Sa propre conduite l'étonnait légèrement, mais après tout...la soirée entière avait apparemment décidé de mettre le bon sens et la logique au vestiaire, alors pourquoi pas lui ? Il n'avait guère d'espoir quant à ce qu'il allait entendre, mais bon, quitte à devoir rester assis ici à attendre, autant que cette attente soit un minimum utile. Et la connaissance est toujours utile, même lorsqu'il s'agit de connaissance à propos du fait que, justement, il y a des choses qui ne méritent même pas d'être connues.
Bien évidemment, toute intrusion directe dans la conversation était hors de propos. Non seulement il s'agissait de quelque chose d'impoli (pour l'écoute en douce, il n'était pas coupable, il était là avant que la discussion ne se lance !), mais en plus, il ne voyait pas quelle intervention serait pertinente à ce moment la. Demander à Adèle ce qui l'intéressait tant sur Terre ? Peuh, il aurait eu droit à des couinements de fanatique et à un listing sans profondeur, rien de plus. Demander à Goju et Erique si il y avait quelque chose d'intéressant sur Terre ? Inutile. Si un terrien lui avait demandé à lui ce qu'il y à voir sur Lëgiyan, il aurait répondu "rien". Alors pourquoi cela différerait-il autant avec eux ? Ils n'auraient eu qu'une vision subjective, dénuée du fond culturel lëgiyannais nécessaire pour lui prodiguer l'information qu'il voulait. Non, décidément, il n'avait d'autre choix que de jouer au mur à oreilles. Ce qui, admettons le, était loin de le déranger. Et au vu des réactions à chacune de ses précédentes lignes, son intervention ne manquera sûrement pas aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle Manes
Admin
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Type de combattant : Combattante à l'épée
Statut social/Métier : Etudiante, Serveuse au chateau de Birnal
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
2/30  (2/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Dim 9 Mai - 0:02

Un regard dédaigneux accueillit la réponse de Goju. Elle laissa les deux compagnons échanger quelques mots, prenant un air hautain qui différait totalement de l'expression passionnée et hystérique qu'elle avait affichée plus tôt. Adèle était changée, il n'y avait plus rien d'enfantin chez elle, juste un regard sombre et brillant d'une lueur malsaine. Le changement avait été brutal, en un clin d'œil c'était une autre Adèle.


Mère ne m'avait pas dit que les humains étaient lents d'esprit... finit-elle par répondre, s'adressant à Goju d'un ton sarcastique.


Puis, comme si de rien n'était, elle tourna son regard vers Erique, qui avait eu la sympathie de répondre précédemment, et esquissa un sourire aimable, reprenant une attitude bien plus charmante, bien que plus posée que précédemment, s'étant aperçu que, même si Sixtine, elle, c'était habituée à l'enthousiasme de son amie lorsqu'il était question de la Terre, ses réactions quelques peu hystériques n'étaient pas du gout de tout le monde.



Eh bien Monsieur Watson, je suis très heureuse de faire votre connaissance.



"Monsieur Watson", oui. Entendant Goju appeler Erique par ce nom, elle en avait conclu tout naturellement que c'était là l'identité de son interlocuteur. Ah...la naïveté Legiyannaise...

Pourtant loin de faire attention aux réactions des deux humains, elle continua son flot de paroles.



Hormis Thomas et Ludivine, je n'avais jamais vu d'humains. Mes parents ont également vécus sur Terre quelques années, mais ça n'est pas vraiment pareil... Ma mère m'a souvent parlé de ce monde et depuis petite j'éprouve une curiosité maladive pour tout ce qui concerne les humains et leur domaine terrestre.


Elle esquissa un petit sourire pour conclure cette révélation qui devait expliquer son attitude. Finalement son regard se posa sur Goju et redevint sombre.


Bon, vous avez réussi à suivre cette fois ? Bien, pour vous faciliter la tache je vais marquer une pause après chacune de mes phrases comme ça...



Elle marqua une pause, comme pour laisser le temps à Goju d'assimiler ses paroles, avant de reprendre sans accorder à l'homme le bénéfice de pouvoir répondre.


Ainsi vous arriverez peut-être à comprendre et à répondre à mes questions.


Elle s'arrêta encore, semblant prendre un petit plaisir malsain à traiter Goju comme un demeuré à en juger par le petit sourire mesquin qui se dessinait subrepticement au coin droit de ses lèvres à chacune de ses pauses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legiyan.1fr1.net
Goju Sulfam

avatar

Nombre de messages : 9
Type de combattant : Arbalétrier
Statut social/Métier : Célibataire/forgeron itinérant
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Dim 9 Mai - 1:21

G : On n'est pas tous comme ça, j'ai juste l'esprit plus encombré que la moyenne. Maintenant si vous parvenez a maîtrisé votre débit d'informations à la seconde je pense m'en sortir sans trop de casse.

Loin de s'offusquer de la façon de parler d'Adéle, le jeune homme décide de jouer le jeu de l'idiot. Pendant ce temps la Melfis se contente de reprendre une position assise contre la roue de l'engin, retrouvant ainsi une relative stabilité physique. Ni Erique ni Goju n'y porte vraiment attention, supposant que l'elfe a un niveau plus que respectable d'alcool dans le sang et que cela l'amenait au bord du coma éthylique ... À moins que ça soit tout autre chose mais ça ... Impossible de le savoir.

En ce qui concerne Erique, il eu bien du mal a réprimer le rire qui s'annonçait et du lâcher un simple sourire pour soulager ses zygomatiques qui menaçaient de le trahir ... faut dire que sur terre tout le monde connait le Dr Watson et que pour une prétendue passionnée de la terre la jeune elfe (du moins, elle le parait) est bien mal informé ...


E : Appelez-moi Erique ça suffira.

G : Tu peux me rembobiner la bande s'il te plait ?

E : Bien sûr, elle a dans l'ordre : demandé si cet engin t'appartiens et si on était humain ça j'ai déjà répondue. Ensuite depuis combien de temps on est là. Ensuite elle nous demande si on l'emmènerait sur terre si on y retournait.

G : Je vois, donc ça fait 3 ans que l'on ait là, et non on ne vous emmennera pas. Pour la raison, elle est toute simple, je ne vois pas du tout comment j'expliquerais la présence d'une elfe qui pose 50 questions à l'heure sur terre. On aurait déjà bien asse d'ennui comme ça.

Et ça c'est envoyé. Le tout avec une articulation lente et travailler, prononcé à la vitesse escargot comme tout demeuré qui se doit bien sûr.

E : Je dois avouer que ça risque de poser quelques problèmes, sans les oreilles passe encore ... Et encore

Et on en rajoute une couche, histoire de bien casser le rêve. Goju a sa petite revanche personnelle, faite en seulement quelques phrases. La vérité est une arme formidable et sans le vouloir Erique l'a enfoncé jusqu'à la garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle Manes
Admin
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 26
Type de combattant : Combattante à l'épée
Statut social/Métier : Etudiante, Serveuse au chateau de Birnal
Race : Elfe

Compétences et équipement
Compétences:
2/30  (2/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mer 12 Mai - 18:39

On n'est pas tous comme ça, j'ai juste l'esprit plus encombré que la moyenne. Maintenant si vous parvenez a maîtrisé votre débit d'informations à la seconde je pense m'en sortir sans trop de casse.


La réponse fut cette fois accueillie par un soulèvement du sourcil droit de la jeune fille en signe d'incompréhension. Cet homme était étrange, pas vraiment idiot, mais étrange. Son regard dévia vers l'autre humain qu'elle vit sourire. Il lui dit alors de l'appeler Erique et non "Monsieur Watson". Elle acquiesça sans se rendre compte de sa gaffe. Certes elle connaissait la Terre, mais sa mère n'avait pas jugé utile de lui parler de ce personnage là. Elle avait eu l'occasion d'entendre parler de quelques héros de bande dessinées comme Spiderman, Superman, les X-men, Batman et Asterix, mais pour le reste...

Un sourire sur les lèvres, décidant de renoncer à comprendre l'attitude étrange de l'homme, elle laissa Erique lui résumait ce qu'elle avait dit, avant d'écouter Goju avec attention :



Je vois, donc ça fait 3 ans que l'on ait là, et non on ne vous emmennera pas. Pour la raison, elle est toute simple, je ne vois pas du tout comment j'expliquerais la présence d'une elfe qui pose 50 questions à l'heure sur terre. On aurait déjà bien asse d'ennui comme ça.


Je dois avouer que ça risque de poser quelques problèmes, sans les oreilles passe encore ... Et encore


Adèle les observa d'une expression partagée entre le rire et l'incompréhension.


Vous êtes là depuis 3ans et vous ne connaissez toujours rien à la magie legiyannaise ?


Tout le monde sur Legiyan savait qu'il était possible de renoncer aux facultés d'elfes pour aller sur la Terre, il suffisait de faire disparaitre les oreilles en pointe. Pour être tout à fait tranquille, on pouvait aussi accepter de perdre ses pouvoirs, la Terre était pleine d'odeurs, bruits et sensations qui étaient apparemment difficile à vivre avec des sens aussi développés que les leur...

Finalement, haussant les épaules, Adèle se tourna vers la princesse.



Que fait-on Sixtine ? Tu veux faire un tour en train ?


Sur cette question, le visage d'Adèle s'illumina à nouveau, reprenant la même expression qu'à son arrivée. Au prix de nombreux efforts, elle parvint pourtant à se retenir de sautiller et taper des mains comme une enfant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legiyan.1fr1.net
Erique Sternam

avatar

Nombre de messages : 3
Type de combattant : Épéiste
Statut social/Métier : n/a
Race : Humain

Compétences et équipement
Compétences:
0/30  (0/30)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   Mar 18 Mai - 19:59

Vous êtes là depuis 3ans et vous ne connaissez toujours rien à la magie legiyannaise ?

Tien en voilà une bonne question, Les 2 jeunes hommes sont un peu pris aux dépourvu sur le moment ... Mais la réponse arrive et elle est bien copieuse, quoique ça sonne peut-être un peu creux ...


-Aux dernières nouvelles, il se passe toujours strictement rien quand je claque des doigts, et toi Erique ?

(*Ouais comme si c'était livré avec un mode d'emplois*)


-Avec la magie peut-être que le dîné ne se serait pas carapaté ...

(*J'aimerais bien un bon repas*)


[color:254a=tan-]Heu ... T'est gentil tu ne me fous pas le feu hein.

(*Ça serait beau, un mélange de Terminator et d'Inspecteur Gadget que ça donnerait tien !*)

-Ça ne doit pas être si compliquer.

(*Hum ... Miam, un rôti avec des patates, ça fait un moment que l'on n'a pas eu des patates*)


-Mouais ... C'est comme faire entrer le rôti dans le four

(*À se demander comment il pilote son avion, enfin pilotais*)


-C'est ta saloperie de suspension qui a fait ça !

(*Même en simulateur on n'est pas secoué comme ça !*)


-STOP ! On arête là.

(*Je suis en train de me rendre compte que l'on a l'air ridicule ...*)


Voilà un duel verbale au sommet. Mais effectivement ni la princesse (qui doit bien se marré dans son esprit), ni Adèle (qui doit se demander si tous les humains sont tous bargo), ni la cour (qui doit glousser) et encore moins Melfis (qui doit se demander ce qu'il a fait à l'univers) ne sont probablement interesés par les histoires d'un rôti, de magie et d'un ingénieur un peu a côté de la plaque.

Que fait-on Sixtine ? Tu veux faire un tour en train ?

En fait, pas du tout. Visiblement le seul centre d'intérêt d'Adèle (au plus grand damn probable de Melfis) c'est le cheval de fer qui sert de siège au jeune elfe migraineux.


-Heu ... Je crois que ...

(*La poisse je viens de tout couper*)


-Goju devrais pouvoir arranger ça.

-Et bien en fait ...

-Je ne sais pas comment ça marche son machin mais il doit y avoir suffisamment de carburant pour quelques kilomètres

-Ça ce n'est pas un problème mais ...

-Et bien parfait !

-Tu vas me laisser en placer une oui !? J'ai plus de vapeur !

-Et alors, sa sert à faire de la vapeur cette machine non ?

-Oui ... Dégote moi un mec qui sait faire tenir 2h dans une minute et on part tout de suite.

(*En plus j'ai faim*)


(*Il n'y a plus qu'à se faire inviter et l'affaire et dans le sac. On n'aura même pas la vaisselle à faire !*)

Ça, rien n'est moins sûr, allez savoir s'il n'y a pas monsieur "je fais tenir une heure dans une minute" dans les environs ... En attendent, on continue de s'enfoncer dans le ridicule (et accessoirement, d'enfoncer de force un coin dans le crane d'un elfe qui demande probablement grâce).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Deloreane (garé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Deloreane (garé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grands garçons musclés et bronzés
» Vestiaire des garçons
» Sandy Farmer. |Sans contrefaçon je suis un garçon ~|| Validée.
» Yuki, garçon des neiges.
» Dessins égarés ~ Lun ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lëgiyan :: Zone d'RPG libre :: Falyènnon : Les terres sacrées :: Héfolion :: Scénario N°1 : Les 15ans de la libération. :: Le Campement-
Sauter vers: